Tome 1 – la Floraison

France, fin du XVIe siècle.
Rose, unique héritière du comte Greer, est une jeune femme au caractère bien trempé. Mais son père, craignant pour son avenir, désire à tout prix la marier. C’est en essayant de se soustraire à ce destin qu’elle va faire la connaissance d’Artus de Janlys. Immédiatement sous le charme du fascinant comte, la jeune femme va être propulsée dans un univers de dangers et de mystères, où les meurtres abjects qui terrifient la capitale trouveront une explication incroyable et pourtant bien réelle…

* * Résumé * *

1598. Eileen Rosamund Leigh, fille unique du comte Greer, aristocrate anglais en exil, apprend qu’une nouvelle fois son père désire la marier. Du haut de ses vingt-huit ans, Rose – ainsi qu’elle est appelée par ses amis – est une vieille fille pour son temps. De surcroît, une vielle fille qui entend le rester. Se retrouver asservie aux volontés d’un époux qu’elle n’aura pas choisi, et cloisonnée dans les obligations faites à une femme de son rang, lui disconvient. Rose est un esprit libre, avant-gardiste, à l’instar de la reine Elisabeth Iere d’Angleterre. Mais sans, hélas, en avoir l’influence…

C’est en fomentant avec son amie d’enfance, Charlotte, un échappatoire à cette union arrangée, que Rose fait la connaissance du fascinant, inquiétant, superbe… comte Artus de Janlys.
Celui-ci disparaît cependant aussi vite qu’il est survenu, après avoir consacré à Rose une entière soirée d’attention, et avoir réussi, grâce à un étonnant quiproquo, à desceller la promesse d’union qui pesait sur la jeune femme. Malheureusement, peu de temps après le bal où le comte de Janlys fit son apparition, les choses tournent mal à la résidence des Greer. Quelqu’un a brisé une fenêtre en y envoyant un caillou, assorti d’un message menaçant. Or, Rose a surpris un singulier entretien nocturne entre son père, lord Edmund, et un inconnu. La même nuit, elle découvrit aussi un curieux livret annoté de lignes indéchiffrables.
La jeune femme est inquiète. Quelque chose se trame, et pas des plus réjouissants.

Le matin suivant l’acte de vandalisme, dont l’un des instigateurs a été démasqué, lord Edmund emmène brusquement sa famille au manoir de Carville, propriété du père de Charlotte, afin qu’ils y demeurent quelque temps. C’est là que se présentera, sans être annoncé, le comte Artus de Janlys. Rose bataille âprement, mais elle est sous le charme de l’énigmatique aristocrate… Lequel entame une cour assidue, bien que tardant à être suivie de la très attendue demande en mariage.

Alors que Rose et son père sont retournés dans leur demeure rouennaise pour y prendre des affaires, les événements virent au drame. Sur le chemin les ramenant au manoir de Carville, leur carrosse est pris d’assaut par des brigands. Lord Edmund, Rose et leur valet, Jacques, se défendent. Alors que la lutte semble perdue, ils sont secourus par le comte de Janlys, qui fait montre d’aptitudes aussi terrifiantes qu’inexplicables… Ramené au manoir de Carville par les soin du comte, Lord Edmund succombe à ses blessures.
Quelques semaines plus tard, Rose, endeuillée et dévorée par un puissant désir de vengeance, retourne habiter sa demeure rouennaise. Elle y découvre que son père était couvert de dettes. Sa famille est ruinée. Elle ne sait comment sa mère et elle pourront subsister. Une fois encore, le comte de Janlys lui offre secours, proposant à la jeune femme de venir habiter à ses côtés.

Sous la houlette du comte, Rose va petit à petit comprendre que celui qui est devenu son mentor, cache un lourd secret. Un autre monde, abscons, obscur, s’est ouvert devant elle. Résidant désormais au manoir de Boissy, auprès d’Artus et de son frère, la jeune-femme est entraînée à leur suite dans un tourbillon d’intrigues. Puis, tandis que le comte et ses semblables sont partis traquer les responsables des meurtres qui secouent la capitale, la jeune femme se retrouve aux prises avec l’un des fauteurs de troubles.
Durant ce combat acharné, qui voit Artus sur le point de succomber, Rose révèle des capacités insoupçonnées, d’une virulence effrayante.

Ayant toutefois survécu à l’affrontement, le comte, son frère, et son infante, apprennent l’existence d’un personnage à la redoutable influence, qui se fait appeler « l’érudit ». Un personnage par la faute de qui sont survenues les attaques d’une maison d’immortels, jusqu’à lors inconnue. Une inquiétante quête échoie alors au comte de Janlys, et à ses suivants…