Artus de Janlys

 

Artus est le fils ainé d’une fratrie de quatre enfants. Il a hérité de son père le titre de comte de Janlys. Il est aussi le seigneur de Boissy et de Pont-Châtel.

*N’allez pas au dessous de ce repère si vous n’avez pas lu le tome 1 !*

Quelques semaines après avoir rencontré Artus à un bal parisien, lady Rose apprend que la famillle d’Holival est connue pour appartenir à la vieille noblesse d’épée. Cette prestigieuse ascendance, ainsi qu’une fortune conséquente, assure au comte Artus de Janlys une réputation supérieurement écrasante parmi la noblesse. Cependant, le comte est aussi un homme fort peu mondain. En dépit de son influence, on ne le voit pour ainsi dire jamais.

Artus semble pourtant s’intéresser de près à lady Rose. Quelques temps après leur rencontre au bal, il se déplace en province pour avoir tout loisir de la revoir. Suite à l’assassinat de lord Edmund Leigh, laissant la veuve et la fille de celui-ci dans une situation délicate, le comte prend lady Rose sous son aile… et en fait son infante. Car, loin d’être uniquement l’influent gentilhomme de trente-trois années qu’il paraît être, le comte se révèle une âme beaucoup plus ancienne. Et, surtout, il s’avère être le régent (dit « l’Héritier« ) des Arimath, l’un des clans immortels évoluant en secret parmi les hommes.

*N’allez pas au dessous de ce repère si vous n’avez pas lu le tome 2 !*

En 1779, Artus envoie son infante en Russie pour la protéger des sombres complots de certains de ses vassaux, sans pour autant informer celle-ci de ce qui se trame. Il la rappelle en 1789, notamment pour obtenir son appui en prévision de la guerre qui menace le monde immortel. Il reçoit plutôt mal l’arrivée du prince Golitsyne, nouveau servant de lady Rose, au point de provoquer une altercation…

Le problématique quatuor composé de comte de Janlys, de son frère Adelphe, de son infante lady Rose et du servant celle-ci, le prince Golitsyne, réussi pourtant à déjouer une partie des plans de Prelati, aussi appelé « l’alchimiste ». Ce dernier parvient tout de même à s’enfuir au terme d’une bataille d’ampleur entre les coalisés Arimath-Oström, et les séides de Prelati associés aux Lamies.

Le schisme de la maison Oström est en marche. Tandis que cette nouvelle faction cherche à s’affirmer sous l’égide de l’alchimiste, et vogue vers les côtes du Nouveau Monde, Artus s’inquiète de l’intérêt que l’érudit, ce mystérieux individu en quêtes de reliques mystiques, lui porte. Car il pense avoir compris que l’érudit recherche l’Aîné, le premier des immortels. De surcroît maintenant que l’une des tablettes ramenées du Nouveau Monde, en 1598, est tombée aux mains de Prelati, le comte redoute des représailles de l’érudit, ainsi que l’escalade des conflits au sein du monde obscur…

*N’allez pas au dessous de ce repère si vous n’avez pas lu le tome 3 !*

(à venir)