Lady Eileen Rosamund Greer

  portraitRoseFille d’Edmund Leigh, 4th Earl of Greer (4ème comte de Greer), aristocrate catholique anglais exilé pour fuir la Reine Vierge (Elisabeth Iere d’Angleterre), lady Eileen, dite lady Rose est enfant unique. Nous la rencontrons en 1598, l’année de ses 28 ans, tandis que son père essaye une fois encore de la marier…

*N’allez pas au dessous de ce repère si vous n’avez pas lu le tome 1 !*

Avec l’aide de Charlotte, sa plus vieille et meilleure amie, Rose parvient à échapper au mariage avec le vicomte de Chaumontel, organisé pour elle par son père. Mais dans ses efforts pour échapper aux liens maritaux, elle contracte une union d’une toute autre nature avec le comte Artus de Janlys. Une union plus irrévocable encore que celle qu’elle redoutait, puisque le comte fait d’elle une immortelle.

Devenue l’infante du comte, qui est aussi le régent de l’une des cinq maisons immortelles, Rose se retrouve confrontée à la terrible société obscure, laquelle cohabite en secret avec le monde des mortels. Toutefois, soutenue par son mentor, elle trouve aussi explication et vengeance quant au meurtre de lord Edmund, survenu avant sa transformation.

 *N’allez pas au dessous de ce repère si vous n’avez pas lu le tome 2 !*

Exilée à la cour de Russie, Rose rencontre le prince Vassili Golitsyne, un somptueux colonel hussard dont elle fait bientôt son serviteur. C’est avec lui qu’elle rentre, avec réticence, auprès de son mentor, après une décennie d’absence et de silence. Artus l’a rappelé, elle répond donc.

Rose découvre que, tandis que la révolution plane sur  la monarchie française, la société immortelle est en proie à de graves conflits. En fer de lance, de surprenantes meutes de Lamies – qui d’ordinaire ne s’assemblent jamais. En point de mire : les fiefs Oström sis dans les terres Arimath.

Terriblement blessée par l’exil qu’elle a subi, Rose a cependant assez foi en son mentor pour accepter de lui prêter main forte. Elle s’engage ainsi à ses côtés pour tenter d’enrayer la guerre menaçant la société obscure.

A force d’intrigues et de conflits, Artus et son infante découvrent qu’un Oström semble être à l’origine de ce chaos. Cet Oström n’est autre que Francesco Prelati, l’homme au costume de chat que Rose avait rencontré en 1598, lors du bal au Louvre… Lequel profère d’étranges paroles, lors de la confrontation dans l’abbaye. Des paroles que Rose ne parvient pas à interpréter.

En parallèle, Rose, son mentor, et leurs serviteurs respectifs, ont découvert que l’érudit, ce mystérieux individu en quête de reliques mystiques, s’intéresse désormais de très près à Artus. Le comte de Janlys pense savoir ce que l’érudit recherche : l’Ainé. Le premier de tous les immortels. Or, l’érudit semble avoir également saisi que le régent Arimath représentait un obstacle sur sa route…

Au terme de la rixe de l’abbaye, lady Rose apprend que son mentor ne l’avait pas exilée, mais mise à l’abri de félons Arimath qui voulaient sa tête. Secouée par ces révélations, désormais consciente qu’Artus l’a toujours surprotégée, elle prend la décision de s’impliquer totalement dans les intrigues du monde obscur, et de soutenir Artus dans ses pénibles quêtes…

*N’allez pas au dessous de ce repère si vous n’avez pas lu le tome 3 !*

– Résumé à venir –